← Partagez cette page

Interview : Serge Roukine nous présente le Business Model et le fonctionnement de Codeur.com

Par:
Catégorie(s): Non classé

Bonjour Serge, peux-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours professionnel et quelles sont tes activités sur le web (blogueur/entrepreneur…) ?

serge-roukineBonjour Ronan, je suis ingénieur et je viens de finir un mastère spécialisé ) à HEC. J’ai travaillé dans des PME et des grands groupes depuis 10 ans. Nous avons créé Codeur en 2006 avec Sébastien. Je blog de temps à autres sur le blog Codeur et je tweet depuis peu. Je participe à d’autres sociétés innovantes, sur internet ou dans l’industrie. Je participe au capital et/ou prodigue des conseils amicaux.

Peux-tu rappeler le principe et le fonctionnement de Codeur.com pour ceux qui ne connaitraient pas encore ?

Codeur est une place de marché pour les freelances. Grosso modo, vous publiez des appels d’offres, et des freelances qualifiés et disponibles sont mis en concurrence. Vous comparez les devis, les profils, les réalisations et les évaluations.

Quels sont les domaines d’expertise pour lesquels on peut trouver des freelances sur Codeur.com ?

Principalement ce qui touche au web et au développement. Ceci étant, nous avons de nombreux graphistes, des référenceurs et des webmasters, dont beaucoup sont spécialisés e-commerce. Nous avons peu de projets visant des applications desktop classiques. Pourtant, nous avons également de nombreux développeurs C++, .NET etc.

Quel est le business model de Codeur.com ?

codeur-com

Nous prenons une commissions sur les projets conclus sur le site, et nous proposons des abonnements payants aux prestataires.

A qui s’adresse Codeur.com ? PME, grandes entreprises d’un côté et indépendants de l’autre ?

Pour l’instant Codeur s’adresse plutôt aux TPE, web agencies, éditeurs de sites web et logiciels. Nous travaillons pour rendre le site plus pertinent pour les PME et les grands comptes. Aujourd’hui ce segment n’est pas bien couvert par Codeur.

Je me rappelle d’une phrase de Thibault Elzière (Zilok et Fotolia) qui me disait qu’une place de marché sur le web rencontre un certain succès quand elle remet en cause un modèle économique existant. Je pense que Codeur.com entre clairement  dans cette catégorie de places de marché ! Peux-tu nous expliquer ta vision sur le modèle économique que vous concurrencez et comment tu vois évoluer les choses en matière de développement et de services comme ceux proposés sur Codeur.com ?

Aujourd’hui nous concurrençons différents business models. Le premier ? Le bon vieux réflexe de rechercher un prestataire sur les forums, sur twitter, sur Google. Nous proposons à la différence de ce modèle de nous assurer : que le prestataire soit disponible, qu’il soit qualifié et qu’il fasse un prix juste (car il est mis en concurrence). Le deuxième business model que nous challengeons c’est le business model consistant à récupérer les appels d’offres et à les transmettre à des prestataires. Contrairement à ça, nous offrons la transparence : le client choisi à quel prestataire il répond, nous ne restreignons pas le dépôt de devis, et au final le client choisi qui il veut, pas un prestataire pré-choisi sur des bases seulement financières.

Combien de salariés travaillent pour Codeur.com actuellement et est-ce déjà rentable ?

Nous sommes deux associés et avons deux salariés en CDI. Codeur n’est pas rentable, mais à l’équilibre ! Nous ne sommes fiers d’avoir bien géré la société et de l’avoir jusqu’à présent financé sur ses fonds propres.

Comment s’est passé le lancement de la société Codeur.com depuis l’idée de départ et quelles ont été les difficultés les plus marquantes que vous avez rencontrées dans cette aventure ?

Nous avons mis 15.000 euros au départ pour lancer l’activité. La difficulté est de bien gérer l’acquisition de membres (client et prestataires). Faire de la pub est également une obligation, encore faut-il bien la cibler. C’est un métier et nous l’avons appris sur le tas.

L’idée de départ vous est venu comment ? Est-ce une problématique réellement vécue ou… ?

Sébastien et moi travaillions en télétravail en 2006. Par ailleurs nous savions qu’il était difficile de trouver des experts informatiques. Or le développement et beaucoup de prestations de services peuvent être réalisées en télétravail. C’est aussi une question de prix, beaucoup d’entreprise sont pieds et poings liés avec leur prestataire, parce qu’il est proche géographiquement. Or ce n’est plus une fatalité.

Combien de projets ont été menés à terme grace à la plateforme Codeur.com depuis son lancement (et en combien de temps) ?

Nous avons plus de 5.000 projets publiés, mais il est difficile de dire combien ont été conclus sur la plateforme. Je dirais à peu prêt 40%. Comme nous permettons aux abonnés payants Codeur Pro de passer en dehors de Codeur pour conclure leurs affaires, nous ne pouvons pas faire de statistiques précises sur ce point.

Existe-t-il un système de « karma » permettant à chaque partie de donner son opinion sur un prestataire ou un client ? (je pense bien évidemment au système mis en place par eBay)

Ce serait un bon moyen de fidéliser les utilisateurs et d’avoir sans doute plus de statistiques sur les projets conclus via la plateforme non ?

En fait il existe un système d’évaluation, comme Ebay. A chaque projet, les parties sont évaluées pour le bien de la communauté. Nous avons ainsi des retours sur les projets conclus. Mais il est vrai que tous les projets ne sont pas conclus par une évaluation, d’où la difficulté de savoir avec précision la proportion de projets conclus réellement sur Codeur.

Quelles sont les évolutions prévues en terme de marché ou de développement de la plateforme ?
Nous venons de lancer un forum interne à Codeur, pour profiter de notre communauté, de leurs feedbacks et interagir avec eux. Tout début 2009 nous allons lancer Codeur dans un autre pays européen, et lancer Codeur sur autre marché, mais en France. Nous nous renseignons également pour faire une levée de fond.

Lancer Codeur sur un autre marché ? Tu veux dire réutiliser la plateforme existante pour d’autres domaines d’expertise ? Allez-vous utiliser d’autres noms de domaines, d’autres marques pour cela ?

Oui sur un autre marché. Nous pensons en effet utiliser d’autres noms de domaine et d’autres marques, mais cela n’est pas encore décidé à 100%. En tout cas nous pensons que ce concept de place de marché ouverte et transparente a un avenir.

Même si vous maîtrisez la plateforme et le marché des designers,  développeurs et webmasters, adresser un autre marché est un tout autre métier… vous prévoyez de tout faire par vous même ou de recruter un spécialiste métier ?
En réalité nous sommes des spécialistes avant tout de la mise en relation de façon performante, transparente et sécurisante, plus qu’experts métier. Nous ne pensons pas recruter un expert dans le métier, mais plutôt renforcer notre équipe développement et webmastering.

Est-ce qu’il ne serait pas plus viable de proposer la plateforme de Codeur en marque blanche sous conditions d’adresser un marché différent et non concurrent ?

C’est une bonne idée. Mais monter une place de marché est un exercice compliqué. Ne serait-ce que pour l’amener à sa taille critique.

Merci Serge, un dernier mot ?

J’ai été très heureux de te rencontrer une 3ème fois à la conférence LeWeb et je souhaite bonne chance à Business Garden !

Codeur.com

Le blog de Codeur.com

A voir également : d’autres interviews:

RelatedPost

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)